Je Game Moi Non Plus #47 : Cinq Ans (De Bromance), Des Jeux

jgmnp_5ans_bIls sont six. À peine trentenaires, ils possèdent tous (au moins) une barbe, trois doctorats, deux prix Nobel et une statue honorifique dans leur ville de naissance. Si telle est l’image que vous vous faites de Je Game Moi Non Plus, vous allez certainement en changer ! Car pour fêter dignement nos cinq ans de bromance au sommet (et involontaire : précisons que JGMNP n’est pas une secte de mâles mais l’Histoire en a décidé ainsi), cette émission anniversaire se place sous le signe du WTF le plus total. Enregistré un beau week-end d’automne, en Champagne, autour de quelques verres et d’énormément de bonne humeur, ce 47e épisode déroule un programme multiple et décomplexé, sorte de festival d’amitié virile, de culture gaming et de fous rires en tous genres !

Pour ouvrir le bal, c’est une compilation de nos meilleurs souvenirs relatifs à l’aventure JGMNP qui s’invite à la table. Ensuite, Mehdi et Olivier mettent leurs collègues à l’épreuve dans un « Gamer Quiz » au sommet. Qui l’emportera ? Un indice chez vous : barbu. On continue avec un tirage au sort déjà culte, une surprise qui ne sera pas sans conséquences sur le prochain épisode à paraitre ! Enfin, la section « à quoi vous jouez ?» fera son digne retour pour, tout de même, parler un peu plus sérieusement (?) de jeu vidéo. N’oubliez pas de rester pour le bonus après le générique de fin…

Un dernier mot pour remercier chacun(e) d’entre vous de nous suivre depuis si longtemps. Nous sommes tous fiers, via notre émission et nos six profils très variés, de prouver qu’il est tout à fait possible de réfléchir sur des sujets un tant soit peu poussés en restant accessibles et détendus. Car si la volonté de rigueur et la curiosité intellectuelle nous caractérisent, il nous tient aussi à coeur d’éviter tout élitisme car, non, rappelons-le une dernière fois, nous ne revendiquons aucune forme de légitimité académique. Et cela nous sera toujours bien égal.

En vous souhaitant une excellente écoute, on se donne rendez-vous dans quinze jours pour un épisode spécial Noël du spin-off Je Game Mais Pas Que !

Générique de l’émission : Lukhash – Beginning of Anxiety.
Jingles : Burger Quiz / Metal Gear Solid 2 / Suikoden 2 / Batman Arkham Knight
Illustration : Final Fantasy XV / Square Enix © Tous Droits Réservés

Enregistrer

Enregistrer

Je Game Moi Non Plus #46 – Auteur Heaven : Notion d’Auteur Et Jeu Vidéo

jgmnp_2016_46

Qu’est ce qu’un auteur de jeux vidéo ? Quelles grandes thématiques les obsèdent ?Comment s’organise le droit d’auteur dans le jeu vidéo ?

Autant de questions auxquelles nous ne répondrons pas dans cette émission ! Dans cette 46ème émission, nous nous intéresserons à la façon dont le milieu vidéoludique perçoit l’auteur, nous observerons son évolution au cours de ces 37 dernières années.

Avant d’être cette évidence partagée par nombre d’intellectuels, la notion d’auteur est une pure construction naissant timidement au cours du XIIIème siècle et s’imposant définitivement au cours du XIXème siècle. Au moyen âge, en littérature, l’auteur est limité, il est comme élu par les instances religieuses. Il ne suffit pas d’écrire un ouvrage pour devenir auteur, il faut des qualités bien particulières. Au XIXème siècle, l’auteur tue Dieu. Sainte Beuve, critique littéraire, conçoit toute une théorie pour analyser l’intention de l’écrivain, relier biographie et œuvre… En peinture, on chasse la moindre signature sur chaque tableau… L’auteur est loué et même si des Mallarmé, des Proust fin XIXème/début XXème ou plus encore Michel Foucault et Roland Barthes (avec leur théorie sur la mort de l’auteur dans les années 1960) tentent d’endiguer la portée de cette notion, elle perdure encore à notre époque.

Poursuivons avec le cinéma -plus proche des jeux vidéo- où la notion est extrêmement solide. En 1948, Astruc écrit un article fondateur, « La caméra stylo » qui établit le cinéaste comme auteur et inspire un groupe de critiques exerçant aux Cahiers du Cinéma. Les « Jeunes Turcs » (les Truffaut, Godard et Chabrol… futurs réalisateurs de la Nouvelle Vague), comme surnommé par André Bazin, premier rédacteur en chef des Cahiers, défendaient une notion d’auteur maximisée et dénommée politique des auteurs. En délimitant un corpus précis, constitué aussi bien de cinéastes art et essai que de cinéastes hollywoodiens, cette « politique » fonde son propos sur l’amour éprouvé pour un auteur. Truffaut disait qu’un mauvais film réalisé par un auteur valait mieux qu’un bon film créé par un réalisateur extérieur au corpus.

Qu’en est il du jeu vidéo ? Si cette notion occupe peu de place dans les débats quotidiens, elle a tout de même creusé son trou au fil des ans. Nous retracerons son essor en partant des années 80 et 90, âge obscur où la figure de l’auteur se fait discrète. Nous traiterons de la seconde période -du milieu des années 90 jusqu’à la fin des années 2000- où elle prend son envol : le milieu professionnel et le public caractérisent dès lors plusieurs visages. Troisièmement, nous verrons comment, dès la fin des année 2000, la figure de l’auteur se diversifie, s’impose chez une poignée d’intellectuels et de développeurs, mais aussi la façon dont elle est freinée par les logiques du monde vidéoludique.

Sources :

Qu’est ce qu’un auteur ? http://www.fabula.org/compagnon/auteur.php

Next Generation : https://archive.org/details/next-generation-magazine

Playstation Magazine : http://abandonware-magazines.org/affiche_mag.php?mag=103

« The lord of game developers » : http://www.salon.com/2000/05/05/molyneux/

Games Magazine : http://www.games-magazine.fr/

The auteur movement : https://www.youtube.com/watch?v=XUWFH17Q3Aw


Générique de l’émission : Lukhash – Beginning of Anxiety.
Jingles utilisés : Mdk, Tommy Tallarico, Prologue / Policenauts, Kukeika Club, Old L.A 2040 / Super Meat Boy, Danny Baranowsky, The Battle of Lil’ Slugger / Fable 3, Russel Shaw, Reaver Mansion
Générique de fin : The Bedquilt Ramblers – Long Journey Home (Kentucky Route Zero)
Illustration : Peter Molyneux © Tous Droits Réservés

Je Game Moi Non Plus #45 – La Voix (Dans Le Jeu Vidéo) Est Libre

ban46

Incarnation d’une certaine idée du futur du jeu vidéo, celui des Full Motion Video dans les années 90, les voix font aujourd’hui partie de notre quotidien vidéoludique. Depuis une quinzaine d’années, il arrive même que des acteurs célèbres prêtent leurs voix à des personnages, soient modélisés et livrent une “performance” pour un jeu : Kevin Spacey pour Call of Duty: Infinite Warfare, Jean Réno pour Onimusha 3 ou Kiefer Sutherland pour Metal Gear Solid 5.

Comment peut-on mettre à profit les voix dans le jeu vidéo ? Peuvent-elles avoir une autre fonction que d’apporter plus de réalisme ou de crédit à une production ? L’émission sera divisée en trois parties. Dans un premier temps, on s’attardera sur les doublages. Puis, nous nous focaliserons sur des titres où le doublage est intimement lié au gameplay, voire le seul point d’entrée dans l’interactivité. Enfin, nous conclurons ce podcast en revenant sur les jeux qui nous paraissent les plus marquants de ce point de vue, la voix devenant un élément indispensable à la narration, ou permet de faire exister des personnages à elle seule.


Générique de l’émission : Lukhash – Beginning of Anxiety.
Jingles utilisés : Gustavo Santaolalla – Smugglers (The Last of Us), Extrait du doublage français de Binary Domain, Darren Korb – The Pantheon (Ain’t Gonna Catch You) ; (Bastion), A Thief’s End – Henry Jackman (Uncharted 4: A Thief’s End)
Générique de fin : Garry Schyman – Welcome to Rapture (Bioshock)
Illustration : Portal 2 © Valve

Je Game Mais Pas Que #4 – Spéciale Séries TV

banpq4

Quatrième numéro de Je Game Mais Pas Que, le spin-off détendu consacré aux croisements culturels. Un épisode enregistré peu de temps avant la fin de l’été et dans lequel Fred accueille trois de ses acolytes : Antoine, Julien et Olivier. Autant de cerveaux en ébullition (canicule oblige) qui s’attardent exclusivement sur l’un des médias les plus populaires de ces dernières années : les séries télévisées. Il s’agit, pour chaque intervenant, de croiser un ou plusieurs jeux vidéos avec une ou plusieurs séries, en proposant toujours un petit débat transversal. Au menu : la robotique, l’au-delà, les années 1980 et le huis clos.

Bonne écoute et à bientôt pour l’épisode 5 !


Principales œuvres citées :

– Olivier : le jeu Detroit : Become Human et la série Real Humans.
– Antoine : le jeu Valkyrie Profile et la série Six Feet Under.
– Julien : le jeu Metal Gear Solid V et la série The Americans.
– Fred : sur la thématique du huis clos, divers jeux dont la série des Yakuza (2005-…, SEGA) et la série Orange is the new black (2013-…).
– Rubrique « C’est pas du jeu ! » : Kaamelott / Show me a hero / Chef’s Table / The Get Down.

Générique de début : Lukhash – Beginning of Anxiety.
Jingles intermédiaires : trailer de Real Humans / trailer de The Get Down.
Générique de fin : Grouplove – Bojack Horseman ending credits.
Images d’ouverture : Valkyrie Profile (image render : Guigui_mou) et Six Feet Under.
Droits réservés à leurs auteurs respectifs.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Je Game Moi Non Plus #44 – Qu’Importe La Potion : Alcool Et Jeux Vidéo (avec Pippoletsu)

ban44

Nouveau numéro de Je Game Moi Non Plus et cette fois-ci, on a décidé de s’enivrer avec vous !
On parlera donc d’alcool(s) au singulier et au pluriel, dans cet épisode. Pourquoi l’alcool dans les jeux vidéo ? Son traitement est-il particulier avec ce que lui offre la matière vidéoludique ou se rapproche-t-il de celui d’autres domaines déjà existants ? Que serait une expérience « alcoolique » pour le joueur ? C’est le genre de questions qu’on s’est posées sur cette émission, sans perte d’équilibre en prime !

Pour ce faire Antoine et Mehdi étaient sur l’affaire accompagnés d’un guest éclairé et éclairant sur le sujet qui nous a évité l’alcool triste. Il s’agit de Pippo du podcast Jeu de pixel (http://jeudepixel.fr/) et ancien mais encore régulier intervenant freelance sur HautBasGaucheDroite (http://www.hautbasgauchedroite.fr/). Vous pourrez aussi le retrouver sur son twitter : @aschese

Bonne dégustation ! 😉

Générique de l’émission : Lukhash – Beginning of Anxiety.
Jingles utilisés : Catherine – Also sprach Brooks , Concker’s bad fur day – The old chap, VA-11 Hall-A Cyberpunk Bartender Action – Story Trailer,
Générique de fin : Zone of the enders 2: Anubis – Beyond the bound composé par Maki Kirioka et interprétée par Maki Kimura
Illustration : Concker’s bad fur day