Je Game Moi Non Plus #50 – Game Not Over : Les Jeux Vidéo Inachevés

ban50

Qu’est-ce qu’un jeu vidéo inachevé et quels intérêts peut-on y trouver ? Voilà le fil rouge du cinquantième épisode de Je Game Moi Non Plus.

L’année 2016 a vu naître un véritable cas d’école, celui de Final Fantasy XV, que de nombreuses personnes considèrent comme une oeuvre inachevée. Pour autant, différencier ce qui est terminé de ce qui ne l’est pas reste une tâche complexe et dépendante des sensibilités personnelles. Quelle est la définition de l’achèvement ? Quid des antécédents dans d’autres formes de création, comme la sculpture ou la littérature ? Dans cette émission, Olivier (présentation), Fred (direction), Antoine et Julien (appui) se questionneront en suivant une progression allant des oeuvres inachevées les moins assumées par leurs créateurs à celles qui le sont le plus. Il s’agira d’abord de se pencher sur l’inachevé « privé », c’est-à-dire ce qui n’est pas supposé être diffusé (les jeux annulés, par exemple). Ensuite, des cas plus ambigus seront traités : les oeuvres diffusées et commercialisées dans un état que l’on peut considérer comme inachevé. Enfin, une partie plus analytique se concentrera sur « l’esthétique de l’inachevé », c’est-à-dire lorsque l’inachèvement devient une démarche créatrice volontaire.

Alors, les jeux vidéo inachevés sont-ils comparables à des verres à moitié pleins ou à moitié vides ? Bonne écoute et n’hésitez pas à confronter vos avis aux nôtres dans les commentaires.

Retrouvez-nous sur Twitter :
– Olivier : @JGMNP_Olivier
– Fred : @fureddo_jigoku
– Antoine : @antoineherren
– Julien : @JGMNP


Générique de l’émission : Lukhash – Beginning of Anxiety.
Jingles intermédiaires : Sonic X-Treme – Space Queens / FFXV – Stand by me / Virginia – Sojourner’s Truth / The Last Guardian – Epilogue.
Illustration : Final Fantasy XV / Square Enix © Tous Droits Réservés.

Je Game Moi Non Plus #49 – La Narration Environnementale : Les Murs N’Ont Pas Que Des Oreilles

Depuis la fin des années 2000, avec les séries des Bioshock et des Souls, les développeurs et les commentateurs se sont mis à discuter de narration environnementale. En apparence, la définition est simple. La narration environnementale, c’est le fait de raconter un jeu via les environnements que le joueur traverse ou les éléments du monde que le joueur rencontre. Il s’agit d’une manière indirecte de raconter une histoire.

Mais, comme souvent dans JeGameMoiNonPlus, les apparences sont trompeuses. Si on creuse un peu le concept, plusieurs éléments posent question. Pourquoi s’est-on rendu compte si tard que les décors racontaient des histoires ? Et est-ce vraiment le cas ? Quelles sont les méthodes des narrations dites environnementales ? Ces méthodes sont-elles purement environnementales ?

Olivier, Fred, Julien et Gaëtan se chargeront de répondre à ces questions, de manière plutôt critique. Ils remettront d’abord en cause l’hégémonie des années 2000-2010 sur la narration environnmentales. En comparant leurs expériences de jeu, ils chercheront à définir les mécanismes efficaces de ce type de narration. Et ils finiront par se rendre compte, en faisant entrer le gameplay dans l’analyse, que la question est encore plus complexe qu’anticipé. Mais, chers auditeurs, vous ne souhaiteriez quand même pas que l’on vous laisse, à la fin de l’émission, avec moins de questions que vous en aviez au départ ?

Retrouvez-nous sur Twitter :

– Gaetan : @GaetanBlaise
– Olivier : @JGMNP_Olivier
– Fred : @fureddo_jigoku
– Julien : @JGMNP


Générique de l’émission : Lukhash – Beginning of Anxiety.
Illustration : Uncharted 4 : A Thief’s End / Naughty Dog © Tous Droits Réservés

Je Game Mais Pas Que #6 – Dissection (Culturelle) De Portal

Portal a dix ans. C’est autour de cette oeuvre culte que Fred (@fureddo_jigoku) et ses chroniqueurs (@JGMNP_Olivier, @D_Mehdi, @GaetanBlaise) ont sorti le bistouri, prêts à décortiquer les détours cliniques du complexe d’Aperture Science. Un jeu-étape, aussi porteur d’innovations ludo-narratives et de traits emblématiques qu’inscrit dans le prolongement d’oeuvres influentes  – THX 1138 pour sa dystopie immaculée, 2001: l’odyssée de l’espace pour son rapport homme-machine, etc. En bref, un titre important du bain culturel global, qui peut être vu sous de nombreux angles et à partir duquel, dans ce sixième JGMPQ, spin-off détendu consacré aux croisements transversaux, nous bifurquerons vers du cinéma, de la photographie, de la programmation et de l’architecture. De belles découvertes en perspectives et certains détours inattendus.

En vous souhaitant une excellente écoute !


Principaux éléments cités :

– Olivier : Stargate (cinéma et série télé).
– Mehdi : La traversée, exposition de Mathieu Pernot (photographie).
– Gaëtan : réflexion sur la programmation des portails.
– Fred : L’Eglise de la Lumière de Tadao Ando (architecture).
– Rubrique « C’est pas du jeu ! » : Conférence de Swing Swing Submarine à Lyon / Orange is the New Black / Plateaux-télé en série / Kuro.

Retrouvez-nous sur Twitter :

– Fred : @fureddo_jigoku
Mehdi : @D_Mehdi
Gaetan : @GaetanBlaise
Olivier : @JGMNP_Olivier

Générique de début : Lukhash – Beginning of Anxiety.
Jingles intermédiaires : OST de Portal.
Générique de fin : Atom™ – Strom.
Images d’ouverture : Portal et L’Eglise de la Lumière de Tadao Ando (photo : Tokyo Wing).
Droits réservés à leurs auteurs respectifs.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Je Game Moi Non Plus #48 – En Ver et Contre Tous, la série Earthworm Jim (avec Zéphirin)

jgmnp_48

De l’humour, de l’action, de la folie dans cet épisode consacré à la série Earthworm Jim! Pour rester dans le rire et ne pas tomber dans la honte et l’embarras, nous écarterons l’épisode 3D pour nous concentrer sur les deux premiers.

Zéphirin et ses grands éclats de rire nous accompagneront tout du long. En plus d’officier aux côtés de nos collègues du podcast la Caz Rétro pour défendre le jeu vidéo ancien et honorable, Zéphirin dessine pour le magazine BD Psikopat.
Hôte parfait pour ce numéro en somme puisque Earthworm Jim est né du crayon cinglé de Douglas TenNapel, animateur de son état !

Croisement fantastique entre Tex Avery et les Monty Python, la série nous a poussé vers l’analyse de son humour bouffon. En premier lieu, nous traiterons des liens comiques que les jeux entretiennent avec le joueur puis nous étudierons les aspects parodiques et satiriques du diptyque.

Pour suivre Zéphirin :

http://www.psikopat.com/

http://lacazretro.fr/

Sources :https://killscreen.com/articles/laughing-stock-doug-tennapel/


Générique de l’émission : Lukhash – Beginning of Anxiety.
Illustration : Earthworm Jim /Virgin Interactive © Tous Droits Réservés

Je Game Mais Pas Que #5 – Listes de Noël… à Contraintes !

jgmpq5Si vous avez écouté le dernier épisode en date de Je Game Moi Non Plus, vous savez qu’on vient de fêter nos 5 ans. Et également que ce numéro contenait notre « briefing » concernant le sujet qui nous intéresse aujourd’hui. Le principe du 5e spin-off d’ouverture culturelle Je Game Mais Pas Que est celui de la liste de Noël… à contraintes ! Pour ce faire, chacun a pioché des mots dans 3 bols différents, représentant le type d’objet (exemple : un livre), un qualificatif (exemple : « d’aventure ») et la cible du cadeau (exemple : un oncle raciste). Chaque personne s’est donc retrouvée avec 2 cadeaux à offrir virtuellement… et, bien évidemment, certains ont eu plus de chance que les autres ! En espérant vous avoir (pourquoi pas ?) aidé à faire vos courses de Noël, on vous souhaite de passer un bon moment avec ce numéro plein de découvertes, de bonne humeur et d’ouverture. A la prochaine et bonnes fêtes de fin d’année !


Principales œuvres citées :

  • Misfits (Série TV)
  • The Typing of the Dead (Jeu)
  • Fahrenheit (Jeu)
  • Transmetropolitan (Comics)
  • Chef’s Table (Série TV)
  • And Never The Twain (Concert/Musique)
  • Das Experiment (Film)
  • Best of de Carlos (Musique)
  • Paroles de Fralib / Lecture de Philippe Durand (Sortie/Expo)
  • Des Cannibales, tiré des Essais de Montaigne (Livre)
  • Fun Home (BD)
  • Des Fleurs pour Algernon (Livre)

Rubrique de fin :

  • Olivier : Stranger Things
  • Julien : Twilight Princess HD & A Link Between Worlds
  • Antoine : Festival AMAZE (Berlin)
  • Fred : The Neon Demon
  • Gaëtan : Essai d’empirisme radical
  • Mehdi : Jodorowsky’s Dune

Erratum : La compilation de musique noise évoquée n’est pas exclusivement japonaise mais internationale, et n’est pas trouvable sous le nom Noizu Wō (ça, c’est la prononciation phonétique japonaise, ノイズ・ウォー, et le titre d’un ouvrage de l’artiste Merzbow, qui participe à la compil’) mais Noise War, en anglais, chez Mother Savage Noise Productions. Petit cafouillage, donc, désolé !

Générique de début : Lukhash – Beginning of Anxiety. Jingles intermédiaires : Misfits Trailer / Kurt Stenzel – Parallel World (Dune OST) Générique de fin : Ramin Djawadi / Westworld / Paint It, Black. Images d’ouverture : Zelda: Twilight Princess et The Neon Demon. Droits réservés à leurs auteurs respectifs.

Enregistrer

Enregistrer