Je Game Moi Non Plus #52 – Les Rouages Du Temps

L’idée de cette émission, préparée par Gaëtan, Olivier et Fred, c’est d’étudier la conception du temps portée par les jeux vidéo, d’un point de vue technique – comment est géré le temps dans le programme informatique jeu vidéo, et ce que ça implique. Et l’objectif c’est de prendre du recul sur ces conceptions du temps, comprendre à quel point elles sont seulement des conceptions, des manières de voir. Que finalement, rien n’empêcherait d’utiliser d’autres manières de voir pour penser d’autres jeux vidéo.

Pour prendre du recul, comme on en a l’habitude à JGMNP, on va convoquer un peu de connaissances hors-jeu-vidéo. Cette fois, ce sera un peu de physique et un peu de philosophie. On voulait parler un peu de conception sociale du temps, mais on l’a pas eu (le temps). Donc ce sera pour un Time Extended prochain.

On commencera par décrire un mécanisme important dans la programmation des jeux vidéo : la boucle update, et ce qu’elle implique en terme de conception du temps. On verra comment on l’utilise pour simuler le temps et des mécaniques de jeu en rapport avec le temps. On finira par parler de question de la synchronisation dans les jeux en ligne, c’est à dire la manière qu’on a de faire coincider les temps de différents joueurs.

Retrouvez-nous sur Twitter :
– Olivier : @JGMNP_Olivier
– Gaetan : @gaetanblaise
– Fred : @fureddo_jigoku


Générique de l’émission : Lukhash – Beginning of Anxiety.
Jingles intermédiaires : Braid – Long Past Gone / Zelda a link to the past – Dark world (The Consouls) / Chrono Cross ‘The Dream That Time Dreams (Manami Morita) / Zelda – Song of Storms (Oliver García Wilhelm) /  Nier Automata – The Weight of the World (Japanese Version) ニーア オートマタ「壊レタ世界ノ歌」歌詞付き
Illustration : Prince of Persia / Ubi Soft © Tous Droits Réservés.

Je Game Moi Non Plus #51 – Traumatisme Et Jeux Vidéo

Trigger Warning/Disclaimer : Ce numéro évoquera des thématiques susceptibles de choquer certain.e.s et relatives à la notion de traumatisme au sens étendu (viol, suicide, deuil,…).


Nouveau numéro, nouveau sujet, jusqu’ici rien de neuf mais une thématique assez troublante ce mois-ci. On vous avait déjà peut-être perturbé avec notre double numéro sur le sadomasochisme il y a quelques années, on remet le couvert avec la question du traumatisme. Quel est la particularité de ce sujet dans la sphère vidéoludique ?

Hé bien c’est ce que nous avons tenté de discuter en se concentrant sur la définition même de la notion de traumatisme, ses usages/spécificités dans les jeux vidéo et enfin un dernier temps d’échange sur des cas concrets du jeu vidéo. Donc suivez Olivier, Antoine et Mehdi pour explorer ces méandres aussi perturbants que fascinants.

Retrouvez-nous sur Twitter :
– Olivier : @JGMNP_Olivier
– Antoine : @antoineherren
– Mehdi : @D_Mehdi


Générique de l’émission : Lukhash – Beginning of Anxiety.
Jingles intermédiaires : Heavy Rain – Ethan Mars’ Main Theme / Suikoden II – Tension / Darkest Dungeon – Main Theme / NieR Automata – City Ruins (Rays of Light) / Katamari Damacy – Gin & Tonic & Red Red Roses
Illustration : Papo & Yo / Minority Media © Tous Droits Réservés.

Je Game Moi Non Plus #49 – La Narration Environnementale : Les Murs N’Ont Pas Que Des Oreilles

Depuis la fin des années 2000, avec les séries des Bioshock et des Souls, les développeurs et les commentateurs se sont mis à discuter de narration environnementale. En apparence, la définition est simple. La narration environnementale, c’est le fait de raconter un jeu via les environnements que le joueur traverse ou les éléments du monde que le joueur rencontre. Il s’agit d’une manière indirecte de raconter une histoire.

Mais, comme souvent dans JeGameMoiNonPlus, les apparences sont trompeuses. Si on creuse un peu le concept, plusieurs éléments posent question. Pourquoi s’est-on rendu compte si tard que les décors racontaient des histoires ? Et est-ce vraiment le cas ? Quelles sont les méthodes des narrations dites environnementales ? Ces méthodes sont-elles purement environnementales ?

Olivier, Fred, Julien et Gaëtan se chargeront de répondre à ces questions, de manière plutôt critique. Ils remettront d’abord en cause l’hégémonie des années 2000-2010 sur la narration environnmentales. En comparant leurs expériences de jeu, ils chercheront à définir les mécanismes efficaces de ce type de narration. Et ils finiront par se rendre compte, en faisant entrer le gameplay dans l’analyse, que la question est encore plus complexe qu’anticipé. Mais, chers auditeurs, vous ne souhaiteriez quand même pas que l’on vous laisse, à la fin de l’émission, avec moins de questions que vous en aviez au départ ?

Retrouvez-nous sur Twitter :

– Gaetan : @GaetanBlaise
– Olivier : @JGMNP_Olivier
– Fred : @fureddo_jigoku
– Julien : @JGMNP


Générique de l’émission : Lukhash – Beginning of Anxiety.
Illustration : Uncharted 4 : A Thief’s End / Naughty Dog © Tous Droits Réservés

Je Game Moi Non Plus #48 – En Ver et Contre Tous, la série Earthworm Jim (avec Zéphirin)

jgmnp_48

De l’humour, de l’action, de la folie dans cet épisode consacré à la série Earthworm Jim! Pour rester dans le rire et ne pas tomber dans la honte et l’embarras, nous écarterons l’épisode 3D pour nous concentrer sur les deux premiers.

Zéphirin et ses grands éclats de rire nous accompagneront tout du long. En plus d’officier aux côtés de nos collègues du podcast la Caz Rétro pour défendre le jeu vidéo ancien et honorable, Zéphirin dessine pour le magazine BD Psikopat.
Hôte parfait pour ce numéro en somme puisque Earthworm Jim est né du crayon cinglé de Douglas TenNapel, animateur de son état !

Croisement fantastique entre Tex Avery et les Monty Python, la série nous a poussé vers l’analyse de son humour bouffon. En premier lieu, nous traiterons des liens comiques que les jeux entretiennent avec le joueur puis nous étudierons les aspects parodiques et satiriques du diptyque.

Pour suivre Zéphirin :

http://www.psikopat.com/

http://lacazretro.fr/

Sources :https://killscreen.com/articles/laughing-stock-doug-tennapel/


Générique de l’émission : Lukhash – Beginning of Anxiety.
Illustration : Earthworm Jim /Virgin Interactive © Tous Droits Réservés

Je Game Mais Pas Que #5 – Listes de Noël… à Contraintes !

jgmpq5Si vous avez écouté le dernier épisode en date de Je Game Moi Non Plus, vous savez qu’on vient de fêter nos 5 ans. Et également que ce numéro contenait notre « briefing » concernant le sujet qui nous intéresse aujourd’hui. Le principe du 5e spin-off d’ouverture culturelle Je Game Mais Pas Que est celui de la liste de Noël… à contraintes ! Pour ce faire, chacun a pioché des mots dans 3 bols différents, représentant le type d’objet (exemple : un livre), un qualificatif (exemple : « d’aventure ») et la cible du cadeau (exemple : un oncle raciste). Chaque personne s’est donc retrouvée avec 2 cadeaux à offrir virtuellement… et, bien évidemment, certains ont eu plus de chance que les autres ! En espérant vous avoir (pourquoi pas ?) aidé à faire vos courses de Noël, on vous souhaite de passer un bon moment avec ce numéro plein de découvertes, de bonne humeur et d’ouverture. A la prochaine et bonnes fêtes de fin d’année !


Principales œuvres citées :

  • Misfits (Série TV)
  • The Typing of the Dead (Jeu)
  • Fahrenheit (Jeu)
  • Transmetropolitan (Comics)
  • Chef’s Table (Série TV)
  • And Never The Twain (Concert/Musique)
  • Das Experiment (Film)
  • Best of de Carlos (Musique)
  • Paroles de Fralib / Lecture de Philippe Durand (Sortie/Expo)
  • Des Cannibales, tiré des Essais de Montaigne (Livre)
  • Fun Home (BD)
  • Des Fleurs pour Algernon (Livre)

Rubrique de fin :

  • Olivier : Stranger Things
  • Julien : Twilight Princess HD & A Link Between Worlds
  • Antoine : Festival AMAZE (Berlin)
  • Fred : The Neon Demon
  • Gaëtan : Essai d’empirisme radical
  • Mehdi : Jodorowsky’s Dune

Erratum : La compilation de musique noise évoquée n’est pas exclusivement japonaise mais internationale, et n’est pas trouvable sous le nom Noizu Wō (ça, c’est la prononciation phonétique japonaise, ノイズ・ウォー, et le titre d’un ouvrage de l’artiste Merzbow, qui participe à la compil’) mais Noise War, en anglais, chez Mother Savage Noise Productions. Petit cafouillage, donc, désolé !

Générique de début : Lukhash – Beginning of Anxiety. Jingles intermédiaires : Misfits Trailer / Kurt Stenzel – Parallel World (Dune OST) Générique de fin : Ramin Djawadi / Westworld / Paint It, Black. Images d’ouverture : Zelda: Twilight Princess et The Neon Demon. Droits réservés à leurs auteurs respectifs.

Enregistrer

Enregistrer