Je Game Moi Non Plus #23 – Deux Ans, Des Jeux

jgmnp_23

 

2 ans. Un temps court pour présumer de la suite mais suffisamment long pour se dire que la première année n’a pas été un hasard et que Je Game Moi Non Plus va continuer sa lancée.

2 ans à préparer des émissions pour lesquelles nous étions les premiers à nous surprendre et où nous avons nous apprendre, en tant que chroniqueurs, mutuellement des choses. Et même à certains de nos auditeurs ce qui reste notre plus moteur et notre plus grande fierté.

2 ans après avoir lancé l’idée folle d’une aventure avec Olivier que je ne pensais pas voir si longue. Surprise de voir que nous arrivions à un tournant et que nous étions pas les seuls (dans notre équipe ) à vouloir parler du jeu vidéo avec un cocktail de sérieux et d’accessibilité. Quoique l’introduction de ce podcast vire un peu trop vers la seconde catégorie !

Mais trêve de galéjades, les verres sont servis. Si ce n’est pas votre cas suivez l’intro de l’album Smash d’Offspring. Retirez vos chaussures (si les transports le permettent pour les nomades !), détendez-vous et appréciez ce 23ème podcast synonyme de nos 2 ans et de l’aube de notre 3ème saison.

Le principe ? Vous nous y retrouverez au complet avec chacun des chroniqueurs ayant choisi les 2 jeux auquel il a joué et l’ayant le plus marqué de l’année (sans pour autant que les dits jeux soient sortis cette année). Jeux auxquels il rattachera un objet culturel (livre, film, album, spectacle,…) de manière cohérente ou capilo-tractée. C’est à vous de juger !

Pour le reste vous connaissez déjà la suite.
On apprécie et on distribue la bonne parole auprès des curieux et autres enthousiastes du jeu vidéo.

L’équipe ce joint aussi à moi pour remercier nos auditeurs. De la première heure ou récents suiveurs on espère retrouver vos opinions sur nos lieux de commentaire (site, soundcloud, itunes, blog gameblog,…) et n’hésitez pas à nous suivre via Facebook et/ou Twitter.

D’excellentes fêtes et rendez-vous en 2014 !

Mehdi de Je Game Moi Non Plus

PS : la source principale de nos private jokes et autres allusions c’est par ici

Je Game Moi Non Plus #21 – Retrogaming : Rétrospective Reconstitution ou Rétrograde ? 

Ban JGMNP 21

Expositions à travers toute la France, tentatives de comeback réussies ou ratées via Kickstarter, vente aux enchères où les jeux vidéo sont adjugés à des prix d’ordinaire réservés aux objets d’art, nouveaux titres développés sur 16 bits : le rétrogaming ne s’était jamais aussi bien porté. Il était peut-être temps de se frotter au sujet en prenant soin d’éviter l’impasse des souvenirs émus et du « c’était mieux avant. »

Suivant la voie tracée par Simon Reynolds dans Rétromania : Comment la pop culture recycle son passé pour s’inventer un futur (http://lemotetlereste.com/mr/attitudes/retromania/), on commencera par tenter de définir ce qu’est un jeu rétro. Après un bref historique de la pratique, on décortiquera les phénomènes de nostalgie, de muséification et de collection au cœur du rétrogaming.

La dernière partie braquera les projecteurs sur l’influence du rétrogaming sur la scène actuelle, notamment la manière dont les développeurs et les joueurs se sont réappropriés le passé vidéoludique, avant de débattre de la possibilité d’un dialogue entre les différents jeux vidéo, d’hier comme d’aujourd’hui, au-delà du clin d’œil sympathique (http://www.youtube.com/watch?v=RJcPc6OQ384).

On le redit au cas où : vous avez tout le loisir de prolonger l’émission et les débats dans vos commentaires.

Et on peut d’ores et déjà vous dire que le prochain numéro sera moins long !

Je Game Moi Non Plus #18 – Shepard Quoi Choisir : Le Joueur Et Le Choix

image

 

On change cette fois radicalement de thème, et on parle narration et gamedesign.

Un des trucs qui nous botte, chez JGMNP, c’est d’être emporté dans l’histoire d’un jeu vidéo, de croire aux actions de notre héros, et d’y mettre un peu de nous. Pour renforcer cette implication, beaucoup de jeux proposent des choix dans leurs scénarios. Ces choix sont amenés de différentes manières, et chaque jeu possède sa propre structure de choix. C’est le rapport entre la forme de cette structure de choix et l’implication du joueur que nous allons étudier dans cette émission.

First things first, on commencera par se demander s’il est essentiel qu’une structure de choix soit présente pour le joueur s’implique. On entrera ensuite dans le vif du sujet : dans la plupart des jeux, les choix sont organisés selon une structure en graph. On vous expliquera ce que c’est, comment les designers l’utilisent et quelles limites elle peut avoir. Enfin, on verra comment d’autres structures de choix ont été mises en place, pour aller vers un système de décision plus proche de la réalité.

Nous n’oublierons pas nos collègues et hébergeurs, pour une dernière émission, de Nowatch, la traditionnelle rubrique A quoi vous jouez et le générique de fin. Gros bisous et bonne écoute !

 

Je Game Moi Non Plus #16 – Jeu Vidéo Et Histoire (Avec Une Grande Hache) (avec Romain Vincent et Antonin Congy)

17

Un des ressorts des jeux vidéo est de piocher de manière généreuse dans l’Histoire. Depuis les années 90 et l’essor des « click n’ play » ou des jeux de stratégie l’inspiration des game designers dans les faits réels de l’Histoire pour créer des histoires n’a eu de cesse de grandir.

Les exemples les plus connus restent les sagas des Metal Gear Solid ou encore plus récemment celle des Assassin’s Creed en passant par d’autres séries classiques telles les Broken Sword (Les chevaliers de Baphomet), les Civilization et la liste est longue.

Dans ce numéro nous avons voulu éviter de céder à la liste et à l’index simple des jeux faisant allusion de manière directe ou non à l’Histoire. Nous nous sommes donc intéressés au traitement de l’Histoire dans les jeux vidéo et à son évolution au fil du temps. Dans cette tâche « historique » nous nous sommes entourés des « maitres Capello de l’Histoire », les cautions morales de l’émission.

Un “habitué” de l’émission vu qu’il intervenait déjà sur notre Time Extended 3 qui traitait d’Assassin’s Creed et du rapport à l’Histoire justement. Romain Vincent enseignant en Histoire et créateur d’un concept où il décrypte les jeux vidéo s’inspirant de l’Histoire et la manière dont ils sont dépeints comparativement aux faits historiques réels. Pour vous faire une idée du potentiel du monsieur on vous renvoie vers sa chaine JNS retro et son émission Brassé Maison qui s’intéresse aux « homebrews » et jeux indépendants.

Notre second invité, Antonin Congy, enseignant de culture générale et de théorie du jeu à l’école ISART Digital à Paris et responsable pédagogique en Game Design. Il a également travaillé dans les studios Asobo, Kheops et Mindscape.

Au programme donc de l’émission une typologie des jeux « historiques ». Pour tout savoir sur les jeux vidéo dont l’action est contemporaine ou non au déroulement, les uchronies, dystopies et autres proto-histoires

Nous poursuivons avec le traitement de l’Histoire dans le jeu vidéo et comment les créatifs s’accommodent de leur matière première. Rendue telle quelle ? Remaniée scénaristiquement ? Morceaux de moments épiques injectés à même le jeu ? Autant de jeux que de cas de figure.

Enfin nous avons voulu discuter de l’incidence de ces productions vidéoludiques et de leur impact sur l’imaginaire collectif. Faut-il véhiculer des clichés pour attirer l’œil de joueurs étrangers sur un pays qui n’est pas le leur ? Etre au contraire dans un traitement rigoureux de l’Histoire au risque d’ennuyer le gamer ? Et quid des « biais culturels » qui bien souvent permettent de mettre fin à une discussion sur les représentations de chacun sur son Histoire et l’Histoire du voisin.

Bref on en a fait toute une histoire et on vous laisse livrer la votre en commentaire !

Crédit d’illustration : Assassin’s Creed IV : Black Flag

Crédits audio : Metal Gear Solid 3 : Main Theme (Harry Gregson Williams) / Assassin’s Creed 2 : Ezio’s Family (Jesper Kyd) / Valkyria Chronicle : Main Theme (Daisuke Kawaguchi) / God of War 3 : Main Theme (Gerard Marino) / Yakuza 4 : For Faith