Je Game Moi Non Plus #24 – La Durée De Vie, Plus C’est Long, Plus C’Est Bon?

ban24

 

Dans cette vingt-quatrième émission, on s’intéresse à l’impact de la durée de vie sur un jeu, notamment dans le cas d’un jeu long.

Impact technique, avec l’influence de la durée de vie sur la structuration du gameplay et de la narration. La critique a aussi un rôle dans cette structuration, et on l’analyse.

Impact artistique, puisque l’exposition longue à un jeu permet aux développeur de proposer un discours spécifique, qui a un effet spécifique sur le joueur.

On finit par se demander si les discours des jeux longs leurs sont réellement spécifiques, par expliquer pourquoi il fallait écarter le cas des jeux à durée de vie infinie, on compare les jeux à d’autres media sur lesquels on passe beaucoup de temps, et on conclut par un gros bisou.

8 réflexions au sujet de « Je Game Moi Non Plus #24 – La Durée De Vie, Plus C’est Long, Plus C’Est Bon? »

  1. Bonne émission, comme toujours!

    J’écris ce commentaire plusieurs jours après avoir écouter l’émission, donc j’admet que tous les détails ne sont pas « frais » dans ma mémoire. Il s’avère que je ne voyais pas trop quoi ajouter sur le sujet à par laisser un commentaire « Waow, vous z’êtes trop bien! »

    Mais en parlant durée de vie d’un jeu, on pense surtout à la durée « vidéoludique » du jeu (immédiate). Certes un jeu perdure dans les mémoires pour ses atouts, en fonction des normes de l’époques… mais je ne vais pas aborder la temporalité du passé d’un jeu.
    Pour les jeux « à suite », les grandes histoires qui ne tiennent pas sur un CD ou une cartouche, chez les parangons vidéoludiques que les joueurs attendent parfois des années… N’y a-t-il pas là, dans l’attente de la sortie d’une suite, un moment de vie du jeu déjà achevé et aussi de celui à venir? Pour combler l’attente des joueurs, on peut se voir gratifier de quelques infos « exclusives » en avance, de narrations transmédia qui vont occuper les futurs consommateurs en manque… Le problème étant que trop d’attente tue parfois le jeu avant sa sortie, et qu’il peut être extrêmement décevant (attendre, impatiemment, 7 ans pour jouer à une bouse…). De plus, le jeu (ou plutôt sa diégèse) peut vivre hors du format « jeu vidéo » lorsque des fans sortent des fan-vidéos, fan-fictions, conventions, etc…

    Bref, histoire de laisser un commentaire plus charnu, vous subissez la réflexion sur la vie du jeu hors de la console!

    En attendant vos prochaines discutions vidéoludiques!

    PS: vous avez parlé brièvement de Call Of Duty… ayant appris que certains parmi vous n’avaient jamais joué à un jeu (récent) de cette série, Samuraïstorique et moi-même nous sommes introduits (discrètement) chez l’un d’entre vous pour y déposer un exemplaire de cette… oeuvre. Nous avons, bien entendu, tenu à signer notre forfait!

  2. Salut !

    Au sujet des boucles de gameplay elles sont FORCEMENT presentes dans TOUS les jeux. Tu ne peux pas faire de jeux sans ces boucles sinon ca signifie creer un gameplay a chaque sequences de jeu et tu ne PEUX PAS apprendre a jouer. Recemment il y a eu Teraway sur Vita qui est comme ca : Toutes les sequences sont differentes, ce qui donne un jeu court ou on change de boucle des qu’on commence a apprecier le gameplay qu’on vient d’apprendre.
    Gaetan parlait de Mass Effect 1. Repense bien a ce jeu. Si tu ne vois pas les boucles presentes c’est parce que le gameplay est TRES approximatif. Tu prends beaucoup de temps a apprehender ce systeme qui finalement est basé sur le hasard des jets de dés (comme Baldur’s Gate), ce qui donne L’IMPRESSION de ne pas avoir de boucle justement parce que tu ne controles pas et tu ne vois pas ces jets. Le gameplay est basé sur le « hasard » et tu ne fais que réagir a ca. Plus tu avances mois il y a de hasard mais comme tu as appris a jouer tu ne vois plus les boucles vu que tu as evoluées avec celles ci.
    C’est le premier jeu de Bioware sur ce modele qui ensuite est decliné sur Dragon Age et les suites de ME ce qui fait qu’ils ne sont pas au point a ce sujet. Les suivants sont beaucoup plus precis ce qui implique moins de hasard et donc mois de camouflage sous l’imperfection. Apres est-ce que c’est effectivement une imperfection? De mon point de vu ce genre de systeme de jeu est un gameplay du pauvre tout comme le cel shading pour le graphisme. Ca a son charme oui (j’ai commencé le RPG avec Donjons, vampire, etc avec le systeme de dés me lynchez pas please). Il n’empeche qu’a mes yeux un gameplay doit etre appris et maitrisé pour etre apprécié (Dark Souls, Mario) et non etre subi ou etre la juste pour les jeux narratifs (Gone home, Stanley Parable). Je n’ai rien contre ces jeux mais dire que les boucles ne sont pas necessaires c’est faux (j’agresse personne suis fan de la team :p). Preuve en est quand on créé un jeu video on créé avant tout un gameplay et ENSUITE on créé les envirionnements, le scenario etc. Seulement je pense que tu es devenu un peu « blasé » et ton experience de gamer fait que tu cherches a etre surpris, a t’immerger, chose que tu ne peux plus trouver a cause de la maturité tout simplement. Ca demande plus d’investissement et c’est frustrant. Je ressens ca aussi surtout devant des series que j’adore comme Pokemon X que je viens de finir malgré mes 40h.

    Pour revenir un peu sur le sujet de la durée de vie, oui la durée est un facteur determinant. Pourquoi? Vous l’avez dit l’argent. Je suis un joueur PC et 3DS principalement ca ne me touche pas vraiment, mais il n’empeche que si je devais encore payer mes jeux 60$, IL DOIT etre long ne serait-ce que pour me donner l’impression qu’en face ils se sont cassé le c** pour justifier leur prix. Si on me dit le jeu dure 2h mais il est intense…and so what? il t’a couté 30 millions pour le faire, t’as mobilisé plus de 100 personnes pendant 1 an et vous me pondez 2h de jeu? J’ai acheté un film interactif ou quoi?
    Maintenant tu me dis il coute 15$ et dure 3h (je pense a Gone Home ou Shelter ou Proteus) bon…je peux etre tolerant si le dev en fait son premier mais apres ca suffit quoi. C’est comme Derick ca va une fois ca fait rire mais apres on veut de la recherche dans la créativité. Regardez swing swing submarine 2 jeux de puzzle 2 types de gameplay 10$ point ils passent a autre chose.
    Ensuite a l’inverse la durée de vie rallongée fraudée genre les nouvelles parties + de batman, bon on aime batou, tres bien ok, mais c’est de la poudre aux yeux ca n’apporte RIEN du tout (c’est pareil pour toutes les nouvelles parties + a part Dark Souls qui lui change vraiment quand on le finit a chaque fois).

    C’est vrai aussi que des joueurs aiment se balader dans les decors, rever, decouvrir. Je m’etendrai pas la dessus vous l’avez traité, en plus c’est un truc qui me parle mais pas du tout. Tout comme les scenarios. Ca me fait toujours marrer ca. A chaque fois j’ai envie de dire hey allo vos histoires extraordinaires la ca existe depuis des années en bouquin. Venez pas me dire que vous achetez un jeu pour un scenario (je pense a last of us la) c’est une excuse parce que soit disant ca aime pas lire. Bon je vais passer pour pretentieux mais quand meme =( Repensez a Shadow of Colossus : serieux les mecs traversez des plaines vides c’est de la rallonge nan? Si vraiment ca vous a fait rever prenez l’OST et sortez ! Pour moi ca c’etait de la feneantise (ca s’ecrit comme ca?)

    Je pense aussi que mon rapport au jeu a profondement changé. J’ai commencé a jouer avec la Megadrive, Game Gear, Lynx, mais comme j’avais genre 7-8 ans je m’en rappelle pas vraiment (si vous oui vous etes surs que ce sont de vrais souvenirs ? nan vous ne pouvez pas c’est la beauté de la memoire de l’enfance ^^). C’est avec la PS1 et la Game Boy que j’ai rééllement commencé a jouer en bouffant des kilos de RPG avec FF evidement et surtout Pokemon. La d’ou je viens on avait pas beaucoup de choix il fallait TOUT importer. Mais la j’avais le temps donc je cherchais des jeux tres longs de un pour en avoir pour mon argent, et de deux parce que c’etaient des histoires longues que je voyais enfin animées en dehors de mes livres. Du coup oui mon rapport a la durée de vie a changé aujourd’hui a cause de la maturité, l’experience de joueur, et aussi ce que je recherche en jeu et mon temps de jeu. Un jeu qui me dure 25h est pour moi long comme vous l’avez estimé au debut. En revanche un MMO qui est un de mes genres privilégiés est super adapté a ma facon de jouer. Pourquoi? Parce qu’on peut faire des petites sessions de plusieurs « types » de jeux differents (quetes solo, donjons, pvp, etc). Et c’est le seul type de jeu qui propose plusieurs genres finalement. A l’inverse les jeux type Skyrim, Witcher, Fallout me rebutent totalement surement parce que j’en ai trop fais.

    Vous avez bien traité les jeux « courts » je rajouterai juste que Vanquish EST un p**** de bon jeu. C’est carré comme gameplay, on s’arrete pas pendant 8h ! OUI ya un succes 4h toussa…Et alors MGS 4 il a 4h de gameplay (correlation?) mais voila quand on est fan on verra pas ce defaut (MGS me fait autant d’effet que FF7 ou last of us c’est pas mauvais mais tout le tintouin autour est ridicule CA CLASH).

    La je drop un lien en ninja http://www.youtube.com/watch?v=F3IFvMxKJjc&index=11&list=PLE5ED498662FEAC8F
    Vous avez reconnu le heros? Celui qui a cru rester discret et passer entre les mailles du filet (ou c’est moi qui ai pas entendu en podcast?) ?

    Sinon je voulais parler de 2 ptis jeux indé : Ethan meteor hunter et Papo & Yo. Le premier est un pti jeu francais sur Steam que je vous invite a soutenir. Pourquoi? Parce qu’il faut soutenir ce genre de dev francais pour qu’ils gardent leur integrité et ne pas vendre leur créativité. Le second est un jeu un peu comme Brothers tale of two sons, dans le sens ou il y a un lien entre un enfant et un monstre et le jeu est bati autour de cette relation. Je voulais le placer parce que je ne l’ai pas beaucoup vu et peut etre avoir votre avis?

    Et je vous relance a quand une nouvelle interview !? Ou un episode comme Noel !? Faites donc un brainstorming entre progamer ! (cette derniere phrase est a dire avec l’accent de Gaetan <3).

  3. Bonjour à tous,

    Bravo pour cette émission fort sympathique et détaillée. Un podcast riche en étrange nouvelle :
    J’ai aimé la remarque sur la durée de vie qui définit un long jeu. »oui, un jeu qui dure trois soirs. 20-25h c’est bien. » A 8h de jeu les soirées, je comprends qu’on ne joue pas souvent ! ;^))

    Sinon, je n’avais jamais remarqué l’expression « faire un jeu ». Je trouve, au contraire, que comme les gens disent « j’ai lu un roman, j’ai vu un film », ils précisent « j’ai joué à… ».
    Finalement, l’expression faire peut être reprise pour les différents supports « je me suis fait un navet, je me suis fait un Balzac, je me suis fait AC3 hier ! » Mais elle implique, à mon goût, un sens supplémentaire par rapport à « jouer ».

    Pour entrer dans ce que vous expliquez dans l’émission, la notion de boucle, je trouve, est bien décortiquée. Finalement, elle est présente partout. Même dans les jeux à connotation sociale. En fait, avec des amis, on refait la même boucle ad nauseam, mais elle est bien là.
    Pour ma part, je trouve dommage d’avoir exclu ces jeux aux modes multijoueurs. En effet, c’est une part de la durée de vie du jeu que cette option multi-joueur.
    Je me rend compte, par exemple, à L4D2 (je vous entends déjà, « Ca y est, il a casé son jeu, comme à chaque fois, il va remettre le couvert avec son zombie game ») qu’effectivement, la boucle est bien présente et assez simple (Quitte l’abri, tue des zombies et survit jusqu’au prochain abri) et le changement de décors atténue le côté répétitif mais un des plaisirs du jeu, à mes yeux, est de jouer en multi et pas forcément avec des amis. Je joue à chaque fois avec de nouvelles têtes, et le fait de jouer à chaque fois avec des personnes différentes permet de prolonger cette durée de vie.
    Comme, finalement, un jeu de société : Tu peux jouer au monopoly (jeu à boucle simple) avec les mêmes amis, au bout d’un temps, tu auras envie de jouer à autre chose avec tes amis. Par contre, si à chaque fois que tu sors un Monopoly, tu joues toujours avec des joueurs différents (ils apparaissent quand tu sors la boîte, magiiie ! :^)), ce sera une expérience nouvelle (même si le jeu ne change pas) et cela rallonge en partie la durée de vie du jeu.
    Je ne parle pas là de la durée de vie autour du jeu, que vous avez, avec raison, exclu du débat.

    Dans la durée de vie, aurait-on pu parler aussi du temps de « rejeu ». Par exemple, j’ai fini le jeu, mais je veux le refaire pour choisir telle autre solution, tel autre niveau de difficulté, tel autre chemin. Finalement, quels jeux se prêtent à cela ? De la même manière, revoir un film, relire un livre, ou même revoir une série ne se fait que pour certaines raisons, et tout ne se prête pas à un deuxième essai.

    Mon expérience du jeu longue durée se rapproche plus de l’expérience de la série ou d’un grand cycle de romans. Il s’agit, comme vous l’avez dit, d’un rendez-vous, plus ou moins régulier, qui se crée et où l’on retrouve des personnages, leurs histoires et leurs problèmes. Cette familiarité est un des plaisirs du jeu, du livre ou de la série et crée, lorsqu’on sent qu’on atteint le terme de l’histoire, un petit pincement à la gorge, car on sait qu’on ne reverra plus ces amis avec qui, dans la durée, on a partagé bien plus de temps que la simple durée de vie affichée du jeu.

    Enfin, voilà mes avis décousus sur cette fort intéressante émission. Et le seul mot qui me vient à l’esprit est vivement la suivante ! Alors RV au n°25… :^))

  4. Bonjours, désolé de cette question un peu banale mais d’où vient la musique vers 42min. Je l’ai sur le bout de mal langue mais je la trouve pas c’est insupportable x)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Connect with Facebook